Début du contenu principal

Retour à la page : Des régions et des villes dynamiques

Bâtiments durables

Le secteur des bâtiments est responsable de 9,7 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) du Québec. Il existe donc un potentiel de réduction, et surtout, un potentiel d’efficacité énergétique dans ce secteur.

L’émergence de bâtiments à faible empreinte carbone passe par l’efficacité énergétique, l’utilisation accrue d’énergies renouvelables, telles que la géothermie, l’énergie solaire et l’hydroélectricité, ainsi que par l’utilisation de matériaux qui génèrent peu d’émissions de GES tout au long de leur cycle de vie, comme le bois. Une approche intégrée permet une prise en compte des besoins énergétiques et des émissions de GES, et ce, dès l’étape de la conception d’un bâtiment ou de la planification de la rénovation d’un bâtiment existant.

Le Plan d’action sur les changements climatiques favorise l’émergence de bâtiments verts au Québec par :

  • le recours aux sources d’énergie renouvelables : l’énergie solaire, l’énergie éolienne, la géothermie et l’hydroélectricité;
  • la conversion des systèmes de chauffage au mazout vers des sources d’énergie renouvelables;
  • l’installation de systèmes réfrigérants produisant moins d’émissions de GES;
  • l’utilisation du bois dans la construction.

En plus de ces initiatives, de nouvelles normes favorisant la construction de bâtiments plus efficaces à faible empreinte carbone seront adoptées.

Au Québec, le Plan d’action sur les changements climatiques soutient plusieurs projets afin de favoriser l’essor des bâtiments durables :

  • Modification du Code de construction pour favoriser l’efficacité énergétique. En août 2012, le Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l’efficacité énergétique des bâtiments est entré en vigueur. Les modifications, qui visent les nouvelles constructions résidentielles, permettront de favoriser l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de GES. Il est estimé que ces modifications amélioreront de 20 à 25 % la performance énergétique des constructions neuves.

  • Éolienne de 3 mégawatts à la mine Raglan au Nunavik. Les programmes ÉcoPerformance et Technoclimat ont permis de financer un projet d’installation d’éolienne à la mine Raglan au Nunavik. Cette éolienne, qui a commencé à tourner en septembre 2014, permettra à la mine de réduire ses émissions de GES et sa consommation de diesel ainsi que d’améliorer son efficacité énergétique.

  • Efficacité énergétique dans les bâtiments. Une aide financière de 458 000 $ du gouvernement a permis au Collège Sainte-Anne de remplacer ses deux bouilloires au gaz naturel par un ensemble de thermopompes soutenues par deux nouvelles chaudières à haute efficacité. Ce système sera utilisé pour chauffer le bâtiment et l’eau domestique. Des économies annuelles de 194 664 m³ de gaz naturel sont projetées, ce qui entraînera une diminution des émissions de gaz à effet de serre de 366,5 tonnes éq. CO2. Cette réduction équivaut à retirer 108 véhicules du réseau routier.

Pour en savoir plus :