Début du contenu principal

Retour à la page : Contribution à l’effort planétaire

Un État engagé et exemplaire

Bien que les émissions de l’appareil gouvernemental québécois (secteurs public et parapublic) représentent à peine 1 % du bilan global des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec, l’État québécois doit servir de modèle à l’ensemble de la société. Il doit contribuer en réduisant substantiellement les émissions découlant de ses activités, notamment au regard de son parc automobile, de ses bâtiments, de la gestion de ses matières résiduelles ou de ses politiques d’achat.

La préoccupation pour les changements climatiques doit également être prise en compte lors de l’élaboration de nouveaux instruments législatifs et de politiques gouvernementales, ainsi que dans l’analyse environnementale des projets. En matière d’acquisition et de gestion des infrastructures et de l’équipement, l’État québécois encourage le recours aux énergies renouvelables et aux technologies vertes pour favoriser le virage vers une économie prospère et plus sobre en carbone.

Au Québec, le Plan d’action sur les changements climatiques vise la mise en œuvre de projets au sein de l’appareil gouvernemental :

  • Navettage durable. En tant qu’employeur, l’État québécois a mis en place des initiatives favorisant l’utilisation par son personnel des transports collectifs et actifs, qui émettent moins de GES. À ce jour, 16 ministères ont adopté un tel plan de navettage durable.

  • Électrification du parc automobile gouvernemental. Grâce à des directives du gouvernement, son parc automobile compte déjà 325 véhicules électriques qui permettent de réduire la pollution atmosphérique et les coûts liés à la consommation de carburants fossiles importés.

Pour en savoir plus :