Début du contenu principal

Retour à la page : Contribution à l’effort planétaire

Actif au Canada et à l’international

sommet-de-quebec2

Reconnu comme un leader mondial en matière de lutte contre les changements climatiques, le Québec contribue de façon positive aux négociations internationales sur le climat. Il multiplie ses interventions tant au Canada que sur la scène internationale afin d’accélérer l’émergence de marchés du carbone à travers le monde et de renforcer le dialogue entre les pays et les régions.

Il est membre de plusieurs organisations internationales réunissant différents acteurs engagés dans la lutte contre les changements climatiques, dont l’International Carbon Action Partnership (ICAP), l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group et le Réseau des gouvernements régionaux pour un développement durable (nrg4SD).

Le Québec participe également à plusieurs missions internationales dans le but de renforcer ses partenariats nationaux et internationaux et de faire valoir ses politiques en matière de lutte contre les changements climatiques, ainsi que son expertise et celle de ses entreprises à l’étranger. Un exemple probant des bénéfices de tels partenariats est la mise en place du plus vaste marché du carbone en Amérique du Nord, réalisée en collaboration avec la Californie, marché auquel l’Ontario et le Manitoba se joindront prochainement.

Au Québec, le Plan d’action sur les changements climatiques comprend des actions à l’échelle nationale :

  • Le Sommet de Québec sur les changements climatiques. Le 14 avril 2015, le premier ministre du Québec a reçu les premiers ministres de l’ensemble des provinces et des territoires canadiens afin d’échanger sur les meilleures pratiques possible pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et sur les occasions d’affaires qui y sont liées. Le Sommet visait également à favoriser une action concertée à l’échelle pancanadienne en matière de lutte contre les changements climatiques, notamment pour contribuer au succès de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Paris en décembre 2015. Ce sommet a mené à l’adoption d’une déclaration commune des premiers ministres des provinces et des territoires du Canada visant à favoriser une transition vers une économie canadienne plus sobre en carbone.

L’engagement du Québec dans la lutte contre les changements climatiques lui apporte une excellente reconnaissance sur la scène internationale. En voici quelques exemples :

  • Le Québec a été élu coprésident (aux côtés du Pays Basque et de l’Australie méridionale) de l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group, au sein duquel il travaille à faire reconnaître, par les Nations Unies, l’apport des États fédérés et des régions aux efforts mondiaux de lutte contre les changements climatiques. (http://www.theclimategroup.org/)

  • Le premier ministre du Québec a signé la déclaration « Putting a price on carbon » de la Banque mondiale, rendue publique en septembre 2014 lors du Sommet sur le climat des Nations Unies. Cette signature a été suivie de l’adhésion du Québec à la Carbon Pricing Leadership Coalition de la Banque mondiale (http://www.carbonpricingleadership.org/).

  • Le Québec a été élu coprésident (avec les Pays-Bas) de l’International Carbon Action Partnership, dont l’assemblée annuelle de 2014 s’est tenue à Montréal (https://icapcarbonaction.com/).

  • Le Québec est partenaire technique du programme Partnership for Market Readiness de la Banque mondiale, qui vise à aider des pays en développement et en transition à mettre sur pied des mécanismes de marché du carbone (http://www.thepmr.org/).

  • Le Québec a signé le protocole d’entente sur le leadership climatique mondiale (Under2MOU) par lequel il s’est engagé à réduire ses émissions de GES de 80 % à 95 % sous le niveau de 1990 d’ici 2050 (http://under2mou.org/).

  • Le Québec a été invité à plusieurs reprises par les Nations Unies et d’autres organisations internationales à venir présenter les caractéristiques de son marché du carbone, ainsi que ses différentes initiatives en matière de lutte contre les changements climatiques, y compris sa stratégie d’électrification des transports.

  • Le Québec est enfin un membre fondateur de l’Alliance internationale sur les Véhicules Zéro Émission qui vise à accélérer le déploiement de cette nouvelle technologie dans le monde, contribuant ainsi à la réduction des émissions de GES dans le secteur des transports et favorisant l’émergence de la mobilité durable sur l’ensemble des continents. (pas de site web encore)

Pour en savoir plus :