Début du contenu principal

Retour à la page : Dossiers spéciaux

ImageTwitterFinaleFR_HR

Une cible pour 2030

Le Québec s’est présenté à la Conférence de Paris (CdP 21) avec un objectif de réduction de ses émissions de GES pour 2030 à la hauteur des enjeux climatiques et du consensus international qui existe en la matière et directement en lien avec les bénéfices d’une transition vers une économie plus sobre en carbone pour sa population.

Considérant que le coût de l’inaction dépassera largement les investissements qui seront nécessaires pour réduire les émissions de GES et pour s’adapter aux impacts des changements climatiques, le Québec prend des engagements ambitieux afin de protéger la santé des citoyens, de stimuler le développement de notre économie, en plus d’assurer un avenir durable à nos enfants.

La lutte contre les changements climatiques – une priorité pour le gouvernement du Québec depuis plus de 15 ans.

Au fil des ans, il a mis en œuvre des mesures novatrices et ambitieuses, tant en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre que d’adaptation aux impacts des changements climatiques. Cela lui a valu d’être considéré parmi les États les plus proactifs en la matière en Amérique du Nord ainsi qu’à l’échelle internationale.

Le Québec se distingue entre autres par le degré d’ambition de ses cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et par ses résultats. En 2012, le Québec avait diminué ses émissions de GES de 8 % par rapport à leur niveau de 1990, surpassant ainsi de 2 % l’objectif de réduction qu’il s’était fixé. À l’horizon 2020, le Québec s’est donné un objectif encore plus ambitieux, soit de réduire ses émissions de GES de 20 % sous le niveau de 1990.

Pour y parvenir, il a notamment mis sur pied en 2013 un marché du carbone qui est lié à celui de la Californie depuis 2014, et il réinvestit l’ensemble des revenus qui y sont associés dans la mise en œuvre du Plan d’action 2013‑2020 sur les changements climatiques.

Ce plan d’action, qui bénéficiera d’investissements de 3,3 milliards de dollars, d’ici 2020, soutient les entreprises, les municipalités et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone et mieux adapté aux conséquences des changements climatiques.

Lire le communiqué